avril 25

Le bonheur est dans le mouvement : Bien-être et efficacité de tous vos neurones !

0  comments

Extraits du livre à paraître – Préface Professeur Pierre-Marie Lledo,  directeur de recherche au CNRS, directeur du département neurosciences de l’Institut Pasteur et professeur invité à l’université de Harvard aux Etats-Unis  – Préface Bertrand Vergely,  normalien, agrégé de philosophie et auteur d’une cinquantaine d’ouvrages dont «Retour à l’émerveillement» et le best-seller «Petite philosophie du bonheur». 

 

 

SOMMAIRE

  • Préambule
  • Préface de Pierre-Marie Lledo
  • Préface de Bertrand Vergely
  • Le bonheur est dans le mouvement – p.8

  • Voyage en sérénité: Libérez-vous! p.11

  • Trop, c’est trop!
  • Et si vous aviez une baguette magique?
  • Vive notre super allié préféré!
  • Le pouvoir du Mouvement présent
  • Libérez-vous!
  • Les 7 premiers jours du voyage: Eviter la surchauffe
  • Voyage en vitalité: Lâchez la pression! p.31

  • Plus de jus?
  • Faites une pause!
  • Le pouvoir de la focalisation
  • Lâchez la pression!
  • Les 7 jours de cette 2ème étape: Se régénérer
  • Voyage en performance: Vibrez d’intuition! p.42

  • Manque d’inspiration?
  • Le juste équilibre
  • Le pouvoir de la divagation
  • Vibrez d’intuition!
  • Les 7 jours de la 3 ème étape du voyage: Gagner en performance
  • Le voyage, le bonheur et le mouvement

  • Pour aller plus longe
  • Remerciements
  • Index des clés de neurosciences
  • Index des exercices
  • Bibliographie
  • A propos de l’auteur p.68

 

Préambule

« A vous, qui êtes venus partager l’espace ouvert de vos mouvements libres et naturels, à votre confiance, à votre générosité, à vos questions éclairées et à nos rires ensemble, au bonheur vibrant de cette co-création pétillante qui rayonne de votre énergie, merci … « 

Marie-Hélène

 

Ce livret est un condensé qui vise l’essentiel, nous rappelons que le stress peut tout casser, et vous donnez des clés simples et faciles pour l’évacuer.

La méthode happimouv® prend sa source dans les travaux de recherche en neurosciences des plus grands scientifiques.

Elle vous invite à accueillir et cultiver vos mouvements libres et naturels comme clé puissante de coaching vous offrant les ressources de l’état de méditation de façon active, dynamique et libre.

La méthode happimouv® peut être ce 1 er petit pas qui peut faire une grande différence pour cultiver ce dont vous avez le plus envie ou qui compte le plus pour vous, facile à atteindre, chaque fois que vous êtes relié à cet état de profonde sérénité , de grande vitalité ou de rayonnante performance.

Du fond du coeur merci à Pierre-Marie Lledo * pour la force insufflée par ton écoute attentive, à ce moment de ma vie où l’homme que j’aime se prépare à s’éteindre.

Merci d’avoir accepté de poser la puissance de ton regard exigeant de la science sur ce livret ainsi que sur les jeux de cartes et la présentation des audio-guides qui en résultent.

Ton chaleureux «Maintenant au travail! »Vibre encore et résonne en moi comme une force précieuse sur laquelle m’appuyer pour continuer d’avancer.

Merci à toi Pierre-Marie, grand monsieur au grand cœur, dont l’humilité n’a pas égal que le rayonnement de ton sourire solaire.

 

Un immense merci à mon ami et philosophe Bertrand Vergely ** dont la profondeur des pensées que tu nous partages continue d’illuminer mon chemin.

Un profond merci de nous rappeler que le bonheur est une affaire d’âme et non de réussite… et pour une merveilleuse invitation à un repenser «Le bonheur comme subversion du quotidien! Le bonheur comme non-conformisme ambiant! Le bonheur comme révolte géniale! »

Merci à toi Bertrand pour le rayonnement de ta foi dans la vie qui nous fait le cadeau de nous rappeler de nous plonger dans l’essentiel.

* Pierre-Marie Lledo est directeur de recherche au CNRS, directeur du département neurosciences de l’Institut Pasteur et professeur invité à l’université de Harvard aux Etats-Unis, dont le parcours de neurobiologiste a été salué par de nombreux prix dont celui de l’Académie de Médecine pour ses travaux sur la régénération cérébrale en 2007. Il est l’auteur de «Le cerveau sur mesure» et «Le cerveau, la machine et l’humain ».

** Bertrand Vergely est normalien, agrégé de philosophie, enseignant en Khâgne et hypo khâgne à Orléans et à l’Institut de Théologie orthodoxe de Saint-Serge, est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages dont «Retour à l’émerveillement» et le best-seller «Petite philosophie du bonheur».

 

Préface Pierre-Marie Lledo

La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.

Albert Einstein

Voici un ouvrage qui aborde de façon originale et très plaisante, les multiples façons d’accéder au bonheur. Pour tous ceux qui souhaitent donner du sens à leur vie, au travail ou ailleurs, ce livre les invite à considérer l’impact des multiples facettes du mouvement corporel sur nos facultés mentales et, plus particulièrement, sur notre capacité à pouvoir nous épanouir.

Au fil de la conférence, sur apprendra que notre cerveau bénéficie d’un pouvoir peu usité: celui de ressentir les mouvements du corps pour influencer nos états affectifs: joie ou allégresse, par exemple.

On retiendra de cet ouvrage que nos états d’humeur dépendants d’un processus complexe de voiture multidimensionnel, où s’entremêlent les dimensions cognitives, émotionnelle et motrice.

Le drame de notre civilisation contemporaine est d’avoir dissocié ces trois dimensions, d’où l’accroissement du nombre d’individus souffrants de troubles psychiques, véritable fléau des temps modernes.

Convenons-en, nous sommes tous actuellement modelés par la révolution numérique qui imposent son dictat.

Des milliards d’individus restent activement interconnectés ont peu de répits à leur cerveau saturé.

Cette révolution technologique et sociétale reste sans commune mesure dans toute l’histoire de l’odyssée humaine, et nous n’en sommes qu’à ses débuts.

Les progrès des technologies de la convergence dites NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et sciences Cognitives) nous promettent un monde prochain encore plus connecté.

De nouveaux usages, de nouveaux services, de nouveaux acteurs et de nouveaux modèles économiques surgissent de cette vague numérique que préserve le cloud, le big data et autres objets connectés.

Autrement dit, nous sommes tenus de montrer toujours plus d’agilité et de modestie.

Il s’agit de bouger très vite, mais avec discernement.

Comme le disent les Nord-Américains, le monde est devenu VUCA (pour Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity).

C’est le message que l’auteure souhaite donner à cet ouvrage dès mentionner que «tout changer tout le temps».

L’auteure nous propose sa recette infaillible.

Dans cet ouvrage, elle nous invite à réunir l’âme au corps, un peu à la manière de Descartes lorsque le philosophe aborde dans la sixième méditation la question cruciale du rapport particulier qu’entretient l’âme au corps.

Tant de philosophes se sont penchés sur le mystère du corps et de l’esprit que la tâche semble rude.

Pourtant Marie-Hélène Dromard réussit avec brio cette gageure.

Elle nous rappelle fort habilement que les environnements stressants nous détruisons si nous nous montrons incapables de nous protéger, d’où l’importance d’une meilleure connaissance de soi-même.

Aussi l’auteure nous livre des outils simples et faciles à mettre en œuvre pour ne plus connaître les affres de la souffrance.

Sa première recommandation consiste à nous rappeler qu’il est salutaire de redresser les acteurs capables de mouvements, et non de rester de simples spectateurs inertes.

En distillant ses préceptes, l’auteure nous invitons à décupler notre puissance intellectuelle par l’écoute du langage corporel qui nourrit tant l’intuition.

A cet égard, rappelons la différence qui distingue l’intelligence de l’intuition.

Selon Henry Bergson, l’intelligence serait accordée sur la matière, c’est-à-dire qu’elle possédait une fonction pratique.

Autrement dit, l’intelligence serait une force de calcul qui permettrait de prévoir, de mettre à l’abri du danger, les instruments de notre confort et de notre survie.

C’est dans la technique que l’intelligence réalise son essence comme le résumé Frédéric Worms: «L» intelligence est (…) la faculté qu’ont certains êtres vivants agissant sur la matière par les outils et de connaître certains objets par le rapport de leurs rapports, donc avant tout par la connaissance de l ‘espace. »

L’intuition, quant à elle, serait encouragée sur le mouvement.

Selon Henry Bergson «l’analyse opère sur l’immobile alors que l’intuition se place dans la mobilité ou, ce qui revient au même, dans le mouvement.

Là est la ligne de démarcation bien nette entre l’intuition et l’intelligence. » 

Et Marie-Hélène Dromard de nous expliquons que le mouvement, si libérateur, provient lui-même de nos émotions dont l’origine étymologique signifie motus en latin, «mouvement» dérivé lui-même de movere, «mouvoir», et accompagné du préfixe ex-, «en dehors de».

En somme, étymologiquement, une émotion définit un état interne qui ressort (voire jaillit) hors de soi-même.

S’il n’existe pas encore de définition universellement acceptée des émotions, d’un point de vue neurobiologique, l’émotion est donc à l’état mental particulier (agréable ou désagréable) qui nous pousse à agir (attraction, répulsion, fuite, combat , etc.), d’où l’importance du mouvement que l’auteure rend indissociable du bonheur.

Après l’avènement de la neuroscience en 1975, la communauté scientifique s’est rendue compte de l’importance du dialogue entre le corps et le mental.

Le corpus de données collectées ces trois dernières décennies par les neuroscientifiques permet de repenser les méthodes managériales, voire les politiques et pratiques en matière de qualité de vie au travail.

Toute réforme de notre système du travail qui se voudrait réellement au service des travailleurs doit prendre en compte les dernières découvertes des neuroscientifiques.

De même, les chercheurs en neurosciences ne doivent pas exclure le débat qui anime aujourd’hui le monde du management: ils ont le devoir de communiquer sur leurs travaux et de conceptualiser beaucoup plus leurs moissons de données pour générer de nouveaux fondamentaux qui contribuent à l’épanouissement des travailleurs.

Ce n’est qu’à prix d’échanges incessants entre ces différents acteurs (professionnels du management, coachs, dirigeants d’entreprises et chercheurs en neuroscience) qu’il sera possible de réenchanter notre vie en offrant des conditions de travail adaptées à la ayant des cerveaux humains et capables d’offrir un épanouissement qui nous fait tant défaut aujourd’hui.

A tous, je souhaite une lecture bien roborative pour que désormais emploi rime avec joie. 

Prof. PM Lledo, Paris le 8 août 2019.

Préface Bertrand Vergely

La qualité d’un livre se mesure à l’impression qu’il laisse derrière lui.

Sitôt la dernière page lue il est délectable de le sentir continuer à vivre en soi.

C’est là que l’on apprécie vraiment ce que l’on a capté ici et là comme étant l’essentiel.

En déterminant le livre que nous offrons Marie-Hélène Dromard trois mots viennent à l’esprit: douceur, compétence, singularité.

Beaucoup de livres s’écrivent au sujet du développement personnel ainsi que du rôle qu’il peut jouer en entreprise.

Ce livre Le bonheur est dans le mouvement s’en distingue du fait qu’il allie compétence, douceur et quelque chose en plus.

 

Le monde dans lequel évolue l’entreprise est extrêmement brutal.

La compétition qui s’y déroule est sévère. Cela tient aux jeux d’intérêts qui s’y déroulent.

Tout le monde veut être le premier.

Quand tel n’est pas le cas, tout le monde veut pouvoir au moins survivre.

Face à cela le réflexe est de croire qu’en étant dur on fera face aux rapports de forces qui ont lieu et qu’on l’emportera.

En quoi on se trompe.

C’est la douceur qui permet de survivre voire de l’emporter.

Quand on cède à la dureté, comme c’est elle qui sert de règle et qui mène la danse, on n’est plus maître de son destin.

Comme on ne maîtrise plus rien, plus on s’emploie à tenter de suivre une règle qui n’est pas la sienne, plus on s’épuise.

 

Le monde réglé par les rapports de force est un monde épuisant.

Quand on est épuisé, on ne l’emporte jamais ou pas longtemps.

Plus grave, on n’est pas sûr de pouvoir survivre.

Il n’y a dès lors qu’un seul moyen d’éviter ces échecs assurés : faire volte face en arrêtant de nourrir la dureté qui épuise.

Cela veut dire être doux au lieu d’être dur.

Terme qu’il importe de comprendre, celui-ci ne voulant pas dire être mou mais en harmonie avec les forces qui existent en soi, dans les relations que l’on a avec les autres, dans le système des relations qui préside à la réalité que l’on vit.

 

En nous, chez les autres, dans les relations que nous entretenons avec les autres, dans le système général des relations, il y a plein de forces.

On ne s’en sert pas.

Si on les laissait se déployer, on verrait se manifester des capacités d’auto-création.

On se prive de ces événements créateurs toujours très heureux quand ils se produisent ou on les voit se manifester rarement, trop rarement.

 

Marie-Hélène Dromard qui l’a compris nous propose de renouer avec ces forces laissées en jachère.

Quand on la lit, on sent d’abord souffler un grand vent d’amour et de douceur.

Qu’on ne s’y trompe pas : il y a là de la science et non seulement de très bons sentiments.

C’est là qu’intervient le deuxième élément fort de sa démarche.

 

Quand elle parle de douceur, d’harmonie, de confiance, de sérénité, de libération des émotions, Marie-Hélène Dromard sait de quoi elle parle.

Tout se fonde sur une expérience.

Mieux encore, tout se fonde sur une incarnation, chaque mot qu’elle emploie étant relié à une expérience elle-même étayée par une sensation corporelle.

Tout est tellement « relié », que l’on n’est jamais dans l’abstrait ni dans le bavardage mais dans une expérimentation que tout le monde peut pratiquer.

 

Notre  vie  ne  cesse de   rencontrer des  mots  forts  comme  « bonheur », « mouvement », « sérénité », « création », « liberté ».

Un seul problème : ils n’existent pas.

Ils ne vivent pas.

Ce n’est pas étonnant.

On ne les fait pas résonner.

Avec la méthode qu’elle nous propose Marie-Hélène Dromard nous aide à retrouver l’énergie de ces mots forts en les faisant résonner du talon au sommet du crâne à travers tout le corps.

 

Lorsqu’on fait cette expérience avec elle, on se trouve soudain enrichi par une force nouvelle.

On peut alors rentrer dans le monde des rapports de forces.

On a l’énergie qu’il faut pour ne pas se laisser déstabiliser.

Ce qui conduit à réussir si on doit réussir et en tout cas à ne jamais sombrer, sachant que si on veut pouvoir réussir il faut toujours accepter que la réussite soit donnée.

Ne l’oublions jamais.

C’est une chance que de pouvoir réussir.

Si rien ne se fait sans volonté, il faut toujours autre chose que de la volonté sous la forme d’un heureux concours de circonstances.

Cela s’appelle le bonheur.

 

Bona hor !

La bonne heure !

Ce qui vient à point nommé.

Ce qui tombe à pic.

Le bonheur est un miracle.

Soudain, tout marche.

Tout est en harmonie.

Tout est à l’unisson.

On ne sait pas pourquoi.

Ou plutôt, si on sait.

Quand on sait se préparer en renouant par la douceur avec ses forces intimes on met toutes les cartes dans son jeu afin de pouvoir aider ce miracle à se produire.

Si en plus on sait rester simple en étant à sa juste place, on démultiplie les possibilités créatrices contenues dans l’existence.

La vie va aux vivants et les vivants sont toujours simples et justes.

C’est là qu’intervient un troisième élément dans sa démarche.

 

Marie-Hélène Dromard incarne la gouvernance d’entreprise de demain.

Le monde dominé par la brutalité conduit à un désastreux gâchis de forces et d’humanité.

Se voulant productif, il ne l’est pas.

Voulant faire du profit et du bénéfice, il débouche sur la ruine et la faillite.

Rien de plus normal.

C’est l’ignorance qui le guide.

 

On ne sait pas se servir de soi ou bien quand on s’y essaie sur se sert très mal de ce que l’on est comme de ce que l’on a.

Marie-Hélène Dromard nous propose de sortir de cette impasse.

Aussi at-on envie de dire aux acteurs du monde économique, aux décideurs, aux entrepreneurs: lisez la.

Vous ne le regretterez pas.

L’avenir c’est elle et l’inspiration qui la guide.

Lundi 28 octobre 2019 – Bertrand Vergely


Tags


You may also like

Stress et santé au travail : effets du stress sur la santé et mécanisme du stress

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant!